Apprendre oui, se former non!

Article très intéressant sur Mario tout de go: “Appétit d’apprenant et appétit pour la formation” (la mise en gras de moi)

J’en arrive à ce qui me préoccupe vraiment. Comment résoudre le dilemme posé dans le schéma de Jay Cross traduit en français (section «apprentissage descendant/ascendant», au bas du schéma): «… j’aime apprendre, mais je déteste qu’on me forme»? J’en suis rendu à me demander ce soir si je ne devrais pas faire la différence entre les appétits pour la formation et ceux pour apprendre, car, manifestement, on ne parle pas de la même chose. Aurions-nous compliqué à ce point l’acte de former/enseigner qu’une telle distance entre la formation/l’enseignement et l’apprentissage existe maintenant dans le cadre formel où s’exerce la presque totalité de la formation créditée? Aurions-nous besoin d’un recours systématique au cadre de l’informel pour rétablir les rapprochements, à supposer qu’il existe dans ce cadre les leçons qu’il nous faudrait tirer?

Tags: , ,

Cette sacré motivation!

Lu sur Idéactif (citant un article de la BBC):

Même en absence totale de connaissances de la langue (ici, c’est l’anglais) et de l’outil, certains de ces enfants réussissent quand même à en faire un usage rudimentaire mais sensé en moins de trois minutes! Si on extrapole un peu ces résultats, on peut peut-être mieux comprendre pourquoi des interfaces, des sites web ou des logiciels en apparence très peu utilisables sont quand même utilisés par des millions de personnes quotidiennement. La motivation d’atteindre un but y est pour beaucoup dans l’adoption d’un outil. On est prêt à passer par-dessus bien des difficultés si on croit que le résultat en vaut la peine. Un outil qui viole toutes les règles d’utilisabilité pourrait donc être extrêmement populaire.

Source

Tags: , ,