Ma semaine delicious

Semaine plutôt tranquille. Beaucoup de lectures, peu de pages conservées. Deux bonnes ressources autour des réseaux sociaux et de Facebook en particulier: un glossaire pour comprendre le langage utilisé autour de cette plateforme et une bonne réflexion pour analyser son utilisation (excessive?) des réseaux. Une nouvelle app sur l’iPhone, iWeather.ch, car après les excuses en direct samedi soir sur la météo, j’ai un peu perdu confiance dans la science des prévisions. L’app me permet de voir en temps réel ce qu’il se passe: vents, pression, température, précipitations. Parfait!

Tags: , , , , , , , , ,

Une semaine delicious

Une semaine delicious très Google+ qui demande un petit peu de temps pour trouver ses marques. Une très bonne découverte sinon, iMemento qui permet d’apprendre ce qu’on veut avec des flashcards sur son iPhone. Je viens de terminer une série de cartes pour apprendre les livrets, pas pour moi je vous rassure. Et une nouvelle manière de téléphoner avec Gmail que j’aimerais bien tester et qui si tout marche comme prévu, pourrait me faire économiser 2 SMS par minute appelée!

Tags: , , , , , , , , , , , , ,

A la découverte de Google+

Pour suivre l’évolution du web, rester au courant et savoir de quoi il en retourne, je me suis créé un compte sur Google+ et tenté une première approche. Je suis agréablement surpris par l’efficacité de cette nouvelle application, on dirait Facebook en mieux. Je commence à découvrir les liens entre Google+, Facebook, Twitter, Friendfeed et delicious. C’est passionnant et je me réjouis que ce nouveau concurrent secoue un peu l’ensemble des services pour les forcer à évoluer. Pour ceux que ça intéresse, je vais conserver mes trouvailles à ce sujet sur delicious en utilisant le tag googleplus. J’ai aussi mis à jour ma homepage en ajoutant à Friendfeed le RSS de Google+.

Tags:

iOS, un système disruptif

iOS a cassé quelques règles bien établies dans le domaine des interfaces. Quelques pistes décrites dans l’article Pourquoi iOS est plus disruptif que vous ne le pensez.

Tout d’abord, la fin de la souris. Je ne sais pas si on peut vraiment parler de la fin de la souris mais quand j’observe mon usage en dehors du monde professionnel, je dois bien admettre que je n’utilise plus de souris. Sur le MacBook, je fais tout avec le TrackPad pour varier un peu et éviter que mon poignet droit ne souffre trop. Avec l’iPhone je prends même des habitudes avec les doigts qui m’amènent à vouloir les reproduire sur d’autres interfaces. Donc oui, la souris devient obsolète mais bon, elle a à mon avis encore quelques bonnes années de vie devant elle. Et assez d’accord avec Fred quand il propose un TrackPad géant pour les ordinateurs de bureau.

La fin du clavier. Le clavier virtuel a également apporté son lot de simplicité et d’habitudes qui rend un clavier à touches fixes très peu pratique. Le fait que les claviers virtuels s’adaptent à leur environnement (si je suis en train de taper une adresse email, le @ est présent). A nouveau, on pourra dire que ceux qui ont besoin de taper beaucoup de texte ont besoin d’un “vrai” clavier, mais combien de % représentent-ils?

Un autre point intéressant est la fin des logiciels. Ces derniers sont remplacés par des applications. On est dans le monde des mono-tâches. Je veux faire quelque chose, je lance l’application pour cela. Puis je passe à une autre. A nouveau pour les usages courants c’est très performant et on y prend goût. Notamment pour la gestion simplifiée de l’installation et des mises à jour. Quel changement à ce niveau!

Alors il n’y a qu’un pas à franchir pour parler de la fin de l’ordinateur. Bonne conclusion de Fred:

Plus de souris, plus de clavier, plus de logiciels ou de navigateur de fichiers, ça en fait des changements ! Pour autant peut-on dire qu’iOS est le système d’exploitation qui va remplacer ceux des ordinateurs traditionnels ? Non absolument pas, ça serait faire un raccourci abusif. Par contre je pense ne pas me tromper en disant qu’iOS couplé à l’iPad a su montrer au grand public qu’une partie de ses besoins quotidiens ne nécessitaient pas forcément un ordinateur traditionnel.

Dans les commentaires, on trouve une autre idée, et là encore, la fin des fichiers.

Bien heureux celui qui peut prédire l’avenir.

Tags: , , , ,

Organiser sa veille sur internet

Ce MindMap découvert sur ce tweet est une mine d’informations sur la veille et les outils disponibles gratuitement sur internet. 4 points sont abordés:

  • Qu’est-ce que la veille? On y trouve entre autres un lien vers un article des plus intéressants à lire et un outil présentant l’information de Wikipédia sous forme de MindMap: “WikiMindMap“.
  • Comment organiser sa veille? Avec une panoplie d’outils proposés.
  • Diffuser les résultats de sa veille.
  • Sources à consulter / comptes à suivre.

Deux constats: l’information présentée est riche et couvre bien le sujet. J’ai été également surpris par l’organisation de l’information en MindMap: une bonne manière de classer l’information. On y passerait des heures sans ressentir le poids de la masse d’informations. Une leçon de rangement!

Tags: , , , ,

Les 5 fondamentaux de Twitter

Sur Twitter, il est important de:

  1. Montrer qui on est avec un photo
  2. Pas trop parler de soi
  3. Ne pas abusez du reply (merci, faites des reply privés, le 90% ne m’intéresse pas!)
  4. S’inventer un statut social media comme par exemple “Social Media Expert Guru King of Facebook Master of Twitter”
  5. Eviter d’être atrabilaire ;)

Bon, il ne me manque plus que le point 4. Faut que je réfléchisse encore un peu ;)

Tags:

Sur Facebook, on devrait avoir un profil ET une FanPage

Le problème est posé par Christophe Lefevre sur le blog techtrends: “à moins de jongler avec plusieurs comptes, il est difficile de pouvoir séparer sa vie privée, ses statuts personnels, ses opinions de ceux qui ne correspondent pas forcément à ceux de ses supérieurs.”

Sa solution est intéressante: gardez son profil pour ses “vrais” amis et ouvrir un FanPage pour le reste des suiveurs, admirateurs, amis sociaux, etc.: “la fanpage est un outil similaire, mais plus performant que le profil, mais sa plus grosse différence se situe au niveau de relations humaines: on devient fan d’une page, on n’est pas amis avec. Et c’est ça qui pose problème pour les utilisateurs, sur Facebook, on veut des amis, pas devenir fan, alors que sur Twitter, le principe de follower fonctionne parfaitement et permet de créer de nouvelles relations, voire de s’ouvrir beaucoup plus au monde !”

Pourquoi pas, même si cela complique un peu le Schmilblick… En tout cas, je le suis dans sa conclusion: “j’essaye progressivement d’utiliser ma fanpage en priorité sur mon profil, inciter mes «amis» à me suivre et réagir sur celle-ci, car je pense sincèrement que la majorité d’entre eux n’en ont rien à faire des photos de la première dent de ma fille. C’est mon premier geste vers une gestion responsable de ma vie numérique.”

Tags: , ,

Quels comptes Twitter suivre?

Bonne question! Heureusement qu’il existe des listes pour nous aider à faire son shopping. Je viens de tomber sur celle-ci qui, comme son nom l’indique semble être la deuxième. La première est ici.

Il y a de tout évidemment. Voici mon choix:

Cela fait quelques petites lectures quotidiennes en plus mais ça reste gérable. Et comme disait l’autre: Twitter [c'est] comme « une rivière d’informations qui coule constamment. Il ne faut pas essayer de boire la rivière, mais plutôt de boire de celle-ci »

Tags: