Pour une folksonomie organisée

Pondre des tags à l’aveuglette dans des systèmes comme Flickr par exemple peut rapidement nous amener à revoir les bases de la natation pour s’y retrouver dans ces océans folksonomiques. Ainsi, pour Got, la folksonomie, c’est limité (via Brainsfeed):

Les folksonomies sont plutôt à rattacher aux thésaurus comme Rameau ou aux bases terminologiques dont le but est précisément d’étiqueter des ouvrages, des articles pour les retrouver dans un système informatique. On pourrait même assimiler la folksonomie d’un utilisateur à un thésaurus personnel. L’effet de masse entre les différents utilisateurs créent alors des ponts entre leurs thésaurus par les étiquettes identiques morphologiquement.

Source

Il serait alors possible de dépasser la simple attribution de mots-clefs à des éléments pour créer des liens logiques entre tags. Par exemple,

si vous souhaitez pouvoir retrouver dans votre compte flick’r à la fois les photos qui concernent Paris et les photos qui concernent le 12ème arrondissement, vous devrez associer à la fois le tag « Paris » et le tag « 75012 » à chacune des photos concernées. Pourtant, s’il était possible d’organiser la liste de tags selon une taxonomie, il serait posssible de créer un lien hiérarchique entre Paris et 75012. Une photo qui posséderait le tag « 75012 » posséderait alors de façon induite le tag « Paris » et il serait inutile de le préciser.

Source

Bien. Et alors? Ou pour être plus positif, comment en arriver là? A mon avis, des systèmes où l’ensemble des tags est à plat sont rapidement inneficaces. Del.icio.us a pourtant innové et propose une manière de naviguer dont j’essaie de plus en plus de m’inspirer. Sur del.icio.us, taguer consiste à faire grossir progressivement un nuage indigeste. Comment s’y retrouver au bout de quelques temps. Facile, en passant par la possibilité de naviguer à l’aides des “related tags“. Ainsi, en choisissant le tag “firefox”, disons que j’obtiens 540 résultats. Il me suffit de zieuter la zone “related tags” pour y trouver le tag “plugin”. Cela signifie que j’ai une fois au moins taguer un item avec “firefox” ET “plugin”. Je peux de la même manière préciser ma requête en choisissant le “related tag” “bookmark”. Au lieu de mes 540 résultats, j’ai maintenant 3 items qui répondent aux tags “firefox et plugin et bookmark”. Pas mal, non? On se retrouve d’ailleurs dans le même cas cité ci-dessus avec un lien horizontal entre paris et 75012 (sauf que dans le cas d’un thésaurus, il suffirait de définir une fois ce lien sans avoir à faire figurer sur chaque item tous les tags “related”… je commence à voir l’idée!).

Donc, rectifions le titre de ce billet. “Pour une folksonomie organisée” pourrait se changer en “Pour une navigation dans les nuages de tags organisée“. Les tags c’est efficace parce qu’aucune organisation n’est au préalable déterminée. C’est la navigation, à l’image de ce que l’on peut faire avec les “related tags” qui va venir créer un certain ordre. Et les constructions possibles n’ont de limites que notre créativité. J’en utilise deux principalement: les assemblages que permettent les “related tags” et la taille des tags dans les nuages de tags.

Tags: , , ,